6 mois


Dans la vie, on croise des gens précieux, qu’on voudrait garder toujours auprès de soi, mais qui, pour des raisons qui ne tiennent ni à eux, ni à nous, sont forcés de s’en aller.

Ce n’est pas qu’ils nous abandonnent de leur plein gré, ni que nous soyons coupables de n’avoir pas su les retenir, c’est juste que parfois, il ne peut en être autrement.

Il m’est arrivé de chérir profondément des êtres que j’ai perdus, et c’est peut etre pour cela qu’on écrit, pour les retrouver et cheminer, l’espace d’un instant, à leurs cotés.

Comme si rien n’avait changé.

Minh Tran Huy « La Princesse et le Pêcheur »

Tu me manques tant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *